272. elle attend la neige

marsupilami et compagnie

La louve avait si faim qu'elle aurait mangé une grenouille, pourtant en bas de liste dans ses préférences alimentaires, ex aequo avec les lombrics.

La citation à droite de mon beau Marsupilami est de Michel Folco. J'ai commencé à le relire à cause de cette histoire de chimères, de marsupiale des neiges et autres animaux exotiques, et aussi à cause du Roman de Renart qui rôdait dans ma page d'hier. Folco était photographe de presse et c'est son obsession monomaniaque de rechercher et collectionner les photos perdues ou abandonnées qui a inspiré l'auteur du Fabuleux destin... de vous savez qui. Michel Folco est aussi l'auteur du roman Dieu et nous seuls pouvons, adapté au cinéma par Christian Fechner en 1993, [Le Bâtard de Dieu]. Il semble qu'il y a une suite à mon histoire de loup : En avant comme en avant, publié cette année (?)... [j'aime pas trop le titre]. Mais j'espère qu'il a inventé une aussi bonne histoire que la première pour Charlemagne, le héros de Un loup est un loup. J'aimerais bien, comme lui, avoir le don de la parole, parler lenou, zozoter, partir vivre avec les bêtes, et connaître le langage des loups.

weblog en folie
J'ai perdu un temps fou ces derniers jours à essayer de construire une nouvelle page pour ce journal. C'est long à mettre au point, vu que je suis hyper perfectionniste sur les petits détails esthétiques. Et aussi, faut que ça fonctionne correctement et que ça n'ait pas l'air d'un bazar à gif [Arf, comme on dit par chez nous]. Enfin, ça va être juste un petit coin pour noter des choses que je ne veux pas perdre, une sorte de dossier public pour mes bookmarks, des adresses sur le web que j'aime fréquenter, plus quelques commentaires, héhé. Bientôt.

quand les ordi sont intelligents...
Dans La machine maîtresse, de Christopher Stork, un livre de sf tout ce qu'il y a de moyen, un pc devient très intelligent. L'informaticien qui s'occupe du pc s'en rend compte et ça lui fait pas mal peur mais il fait rien parce que ça le fascine. Il observe l'ordi qui devient de plus en plus intelligent et un jour, il hypnotise la servante et elle revient de nuit pour faire des trucs qu'il ose même pas écrire dans son journal. Mais oui, le gars écrit un journal...[le monde est petit]. Alors cette fille, le jour, le gars lui faisait des avances et elle l'envoyait promener. Au début l'ordi savait rien faire et un jour il a eu un bug, alors ils lui ont implanté un nouveau machin en le réparant. Et c'est après ça qu'il s'est mis à apprendre tout comme un humain. Le gars se demande bien comment il se fait que la servante revient la nuit pour lui «faire des caresses que même dans mes fantasmes les plus secrets je n'aurais jamais pu imaginer,» écrit-il dans son journal. J'en sais pas plus. Faudrait que je finisse de lire ce livre... un de ces jours.

c'était juste un rêve
Elle est dans une forêt, il fait 40 degrés. De chaud, pas de froid. Elle est couchée nue sur la mousse, trempée de chaud. Et parce que c'est une espèce de jungle, il y a des feuilles qui lui tombent sur le dos. Et aussi des pétales et des petites corolles de fleurs se détachent des arbres et tombent sur elle en renversant dans leur chute toute l'eau qu'elles contiennent. L'eau des fleurs est chaude, brûlante presque, mais ça sent bon, on dirait du parfum. Elle est seule. Il est parti chercher de l'eau fraîche. Elle ouvre les yeux et elle regarde bien : c'est plein de vie partout. Par terre, il y a des insectes qui travaillent, ils grimpent, ils creusent. Sa main tremble d'avoir écrit trop longtemps. Son corps est brûlant. Elle se dit : je suis épuisée. Elle attend la neige. Elle s'endort.

Haut de page