C'est venu de la page d'hier : je ne crois pas que je me transforme en chimère. Aujourd'hui, je me demande en quoi je me transforme, en quel animal exotique, et si les chimères existent vraiment. J'aime voire les courbes du C majuscule, par exemple, au début de ma phrase.

Il dit je crois que j'ai rencontré une chimère qui me plaît. Je ne crois pas que tu te transformes en chimère, je me demande en quoi tu te transformes, en quel animal exotique et si les chimères existent vraiment. Je me demande aussi si d'autres êtres humains se demandent s'ils sont des chimères ou des animaux à poils courts qui ont besoin de tendre tendresse.

J'en vois tous les jours, des pas jolis, des jojos. De tout poils et même courts, j'en vois et c'est effrayant à faire peur... Et moi qui cours à travers la pièce, sur deux mètres. Je cours sur deux mètres oui, parce que sinon on oublie de courir. Sur le pavé nu, les pieds froids, ça glisse. C'est un champ, long, une étendue vierge, le long des vertèbres en petites rangées chaotiques. Le dos et une main qui s'étend doucement. Nous voilà conquis et soudés.

Il se demande en quoi je me transforme, en quel animal exotique et si les chimères existent vraiment. Si je me transforme en tendre animal exotique, ce sera pour mieux marcher à pattes de velours sur la mousse fraîche des sous-bois. Là, nous serions conquis et soudés. Je me demande aussi si d'autres êtres humains se demandent s'ils sont des chimères ou des animaux à poils courts qui ont besoin de tendre tendresse.

Si je me transforme, je deviendrai un petit animal exotique, je serai marmoufle, niloutre ou marsupiale des neiges, acrobate, thylacine, péramèle, pétrogale, phascolome, phalange, sarigue, potorou, ou dasyure, et ce sera pour mieux marcher dans la mousse douce et tendre des sous-bois.

Pourquoi ne pas me transformer en une araignée minuscule, facile à transporter, nourrie d'une seule petite mouche ? N'est-ce pas l'idéal finalement pour faire sa toile quelque part ou n'importe où ? Ça c'est une idée, une très très bonne idée. Comment je n'y ai pas pensé avant ?

C'est parce que je voulais avoir du poil doux et coloré et qui devient tout blanc en hiver et comme ça. je pourrais glisser tendrement sur la banquise et si j'étais une araignée, les pattes coinceraient peut-être un petit peu, n'est-il pas ?

Question à explorer avant d'opérer la transformation en animal, surtout en araignée, par exemple : Les araignées qui se prennent pour des chimères à poils doux font-elles l'amour les pattes plongées dans la neige qui fond sous l'effet du double combustible embrasé ?

Réponse [une parmi les mille milliards de réponses possibles] : Les araignées se prennent souvent pour des chimères. et quand ça arrive, il leur pousse du poil de chat [blanc] partout et si elles font l'amour sur la neige, la neige fond un peu, bien sûr. mais c'est pas grave, parce que sous la neige, il y aura toujours d'autre neige. Tout l'hiver, ça s'arrête jamais, et quand on creuse bien dans la neige, ça fait des tunnels et des cachettes et on entre là pour y rester. Non, ça ne s'arrête jamais, on y côtoie les pièces d'or, les écureuils et les poignées de portes dans ces tunnels-là...

C'est même là que j'ai appris mes premiers mots : ils fondaient à mesure. Les mots se formaient dans des bulles toutes chaudes, comme dans les b.d. Et le marsupilami essuyait les flaques d'eau avec sa queue. Je creusais des tunnels dans la neige à chaque hiver et je me cachais sous la neige pour apprendre des mots et c'est ainsi que je devenais une niloutre, une marmoufle ou une marsupiale au pelage d'hermine. Une marsupiale des neiges qui ne savait pas trop bien si elle était acrobate, thylacine, péramèle, pétrogale, phascolome, phalange, sarigue, potorou, ou dasyure. Je crois que c'est parce que je vivais près d'un sauna sous-terrain et qu'il y avait des fuites dedans et que donc, ça coulait de l'eau chaude partout dans mes tunnels de neige. C'est pour ça que j'ai eu besoin d'une serviette éponge bleue avec des étoiles d'or. Et serait-ce donc pour ça que je fais de la plongée dans mon bain ?

Et s'il devient une chimère, qu'est-ce que je vais faire de lui? qu'est-ce que je vais bien pouvoir faire de lui? Tout ce qu'il demande c'est que je m'occupe à le tenir chaud... N'est ce pas une bonne idée ? Faut réchauffer toutes les chimères pour qu'elles se changent en animal...

J'ai envie qu'il se change en animal tout de suite. Comme ça, je vais pouvoir l'approcher de plus près. Il dit OK, je suis un renard. Il a pas encore lu le Roman de Renart. Il faudra qu'il s'installe dans un tunnel sous la neige avec les loups et qu'il le lise là-dedans, en écrivant des annotations dans la marge, comme Charlemagne.

En marge du Roman de Renart, il faudra qu'il écrive lui aussi : « Un loup n'est pas cruel. Un loup est un loup, c'est tout. », comme dans le roman de Folco.

S'il se change pas en loup mais en renard avec des ailes, en renard trempé par la neige, suant sang et eau parfois, un renard qui sent fort qui sait, un renard qui se met sur le côté la nuit... je vais l'aimer encore plus. Mais j'aimerais bien qu'il se change parfois en loup pour m'écrire des mots dans le dos toute la nuit.

Oui. Un loup qui m'écrirait des mots dans le dos toute la nuit. Il dit un renard ça n'est pas qu'un renard finalement, un renard se promène avec son âme et sa conscience dans la poche... Et s'il sait écrire...toute la nuit, oui.

Il se transforme en renard, oui, et il s'imagine que c'est comme Don Juan qui se transforme en corbeau. Il dit c'est simple...

Je dis j'aime voire les courbes du C majuscule, par exemple, au début de ma phrase. Et pour un renard, ce n'est pas très courant.

C'est beaucoup plus courant qu'on ne croit. Ce sont les renards qui ont inventé les courbes des C majuscules. Comment je le sais ? C'est un renard qui me l'a dit. On ne le sait pas, mais ce sont les renards qui ont presque tout inventé le monde.