248. une fleur menacée

Polémoine, Photo de Léopold Gaudreau

Ça va définitivement beaucoup mieux ce matin. La preuve ? Cette jolie fleur que j'ai souvent cueillie pour faire mes bouquets de fleurs sauvages quand c'est l'été. Je cherchais l'image depuis très longtemps sans jamais rien trouver.

Coup de chance, je l'ai ! Sauf que j'apprends du même coup que la fleur est menacée au Québec. Menacée de disparaître. Je n'aurais pas dû en cueillir... et à partir de maintenant, je vais plutôt essayer de la protéger.

Il s'agit de la Polémoine de Van Brunt aussi appelée Polemonium vanbruntiæ Britton, de la famille des polémoniacées. Son nom anglais fait rêver : Eastern jacob's ladder ou, jacob's ladder, tall polemonium, American jacob's ladder. C'est plus joli que Polémoine.

La belle polémoine est donc une plante vivace, très élégante. Elle se dresse toute droite dans les champs et peut atteindre jusqu'à 140 cm de hauteur. Les fleurs ont une forme de clochettes et comme sur la photo, elles sont de couleur bleu-violet, à base verte jaunâtre. Elle a cinq étamines qui dépassent la corolle de quatre à sept millimètres. Les étamines sont ornées d'un petit filet blanc et elles se terminent par des anthères jaune orangé. Le style de l’ovaire bleu-violet et un peu plus long que les étamines.

La polémoine est inodore. Pas grave. Elle est tellement belle. Et elle donne de petits fruits en forme de capsules ovoïdes.

Cette plante est parente avec la valériane grecque, ou Polemonium reptans. Intéressant. Elle fleurit de la fin de juin à la fin de juillet. C'est là que sa pollinisation est faite, par les abeilles ou les bourdons. Et ses fruits atteignent leur maturité au mois d'août.

La répartition de la polémoine est sporadique. En Amérique du Nord, on la retrouve de la Virginie occidentale jusqu’au sud-est du Québec. Et au Québec, dans le Centre-du-Québec et en Estrie.

La polémoine aime vivre dans les prairies riveraines et les clairières humides de forêts de conifères ou mixtes. Elle préfère les sols riches en matière organique. On la trouve parfois dans des champs abandonnés et en bordure de chemins forestiers où l'humidité est suffisante.

La plante pousse bien en pleine lumière, mais elle tolère aussi l’ombre.

Voilà. J'ai tout bien noté pour me souvenir de la polémoine. Et pour que sa vie ne soit pas menacée, au moins sur l'internet : elle aura désormais sa page de journal bien à elle. Et aussi, quelques pages sur le site du ministère de l'Environnement du Québec, où j'ai trouvé ces précieuses informations. Arf.

Haut de page