citrouilles_blanc_1.jpg

Script s'est assise sur une pierre, au milieu des citrouilles qui jonchaient le sol. Je l'ai vue en rêve. Je vous le jure. Script regardait avec un air peiné toute l'herbe verte et humide qui s'étendait aux alentours. J'ai dit: « Tu quittes ta pierre Lady A. ? »

Elle a dit non. Elle a dit: « Écoute Jack, j'ai envie de m'allonger dans l'herbe mais c'est tout détrempé ». J'ai porté une main à mon front cachant au passage un sourire sur mes lèvres. J'ai entrouvert deux doigts pour mon oeil amusé : elle avait pris son air penaud.

J'ai dû la déshabiller devant la cheminée. Pas le choix, trempée. Elle a dit qu'il faisait froid. Normal ! Novembre, on joue plus dans le foin et l'herbe haute. Cette histoire de citrouille me donne à penser. Le feu, l'herbe, la citrouille. Je me demande si elle n'a pas orchestré tout ça pour pouvoir se réchauffer les os à la flamme orange. Comment savoir si ce qui lui passe par la tête est la juste conséquence de vastes préparatifs ou de son instinct d'exploratrice aguerrie ?

Tout ça me rappelle le jour blanc. Mais comme il est blanc, chut.

Le jour où le sol aura récupéré la couleur de ce fameux jour-là, le plus beau, soit dit en passant, alors Lady A. fera de la brasse dans la neige avec une moustache blanche et l'impression de déguster de la glace à la vanille. Sur le sol taché de ronds oranges, des grandes traces étranges, la progression d'un molusque pas tout à fait ordinaire à moins qu'on ne puisse penser à une colonie de fourmis qui voyagent de front. Les traces s'en iraient à perte de vue. Loin.

Je n'aime pas trop quand elle part vadrouiller toute seule entre les citrouilles. Elle se perd, je la connais. Ok j'exagère. J'achète des barils de peinture rouge. Des centaines de litres. Ensuite, quand il est l'heure de souper, je sors dehors pour l'appeler et crier que les croûtons sont archi-grillés. Pas de réponse.

Ohé ? Alors je pousse le baril de rouge et je le renverse dans la première trace que je trouve. Ça coule, ça suit le petit chemin, ça remplit le petit labyrinthe de Lady A. Ensuite, je suis la progression du rouge. Quand j'entends crier, au loin « Ah ! j'ai les pieds tous rouges ! » alors c'est bon, je l'ai retrouvée. C'est pas compliqué.

Il faudrait du rouge qui vire au blanc. Biodégradable.