241. heureusement que ma cheminée est petite

yoshitoshi.jpg

Samedi soir. Pour une fois, écrire une page et ne pas la publier dans les minutes qui suivent. Celle-là, je la fais ce soir et je ne la mettrai en ligne que demain matin, dimanche.

Il y a des citrouilles plein le sol. Elles ont poussé la nuit pendant que je dormais et en me levant, je les ai vues dehors. Ce n'est pas très original ? Quoi... les citrouilles sont à la mode ? Je sais. Mais il faut bien se rendre à l'évidence : il y a eu un larguage de citrouilles autour de moi. Heureusement que ma cheminée est petite.

En ville, j'ai cru remarquer que tout de suite après l'Halloween ou dans les jours qui suivent, les citrouilles ont l'habitude de se transformer en Père Noël. Je préfère les manger. C'est bon la citrouille : en compote, en potage, miam. Et dans les tartes, les muffins. On a essayé une nouvelle recette : on vide la citrouille et on la remplit avec beaucoup de crème fraiche et de champignons et plein d'autres trucs et on la met au four. Ça cuit. Faut surtout pas oublier d'enlever les graines. Et les graines aussi, c'est bon : mais grillées, avec beaucoup de sel.

L'autre jour, j'ai levé une perdrix [ou un faisan ?]. C'était loin d'ici, dans les montagnes, près d'un monticule rocheux. Mais le froid d'aujourd'hui, la brume, que dis-je, le brouillard, m'empêchent d'avoir le goût de sortir le nez dehors pour chercher quelque chose à lever. À part un ou deux chats affamés.

Et je suppose que les animaux eux aussi se gardent bien de vaquer à des occupations automnales. Hum. En fait, je crois que les animaux ne pensent pas beaucoup comme moi.

La citrouille cuit depuis 5 heures maintenant. Les champignons crient à l'intérieur du ventre de la citrouille.

Haut de page