Redon : Brunehilde

Hier, longue promenade à la montagne avec ma muse, Brunehilde, bien cachée dans un livre : la Chanson des Nibelungen. Quand je m'arrête et que je prends le temps de respirer un peu, je suis toujours surprise que l'air soit frais et pur, si léger, étonnée que le ciel soit si bleu.

Les moments intenses, uniques, en pleine nature comme ceux-là me font mal. Mal de ne pouvoir bien rendre toute cette beauté avec mes mots. J'ai fermé les yeux en me disant que ce n'était pas nécessaire de mettre des mots sur tout; et que la vraie poésie est ce que je ressens en dedans de moi. La vraie poésie c'est de savoir que toute cette beauté peut vivre dans mon espace intérieur. Je n'ai qu'à lui créer une place et à la garder là, sur mon coeur.

Comme je l'avais projeté, je me suis mise sous la protection d'un grand chêne pour manger un peu et puis j'ai relu ma belle légende germanique de chevaliers et de dragons inspirée d'une saga scandinave du VIe siècle. J'aimerais être capable de la résumer sur cette page mais cela serait beaucoup trop long et difficile. Quelques lignes cependant pour garder en mémoire les éléments principaux :

L'histoire tourne autour de Siegfried, un jeune et beau guerrier qui part à la conquête du trésor des Nibelungen pour s'en approprier les pouvoirs magiques. Siegfried, comme tout héros vaillant et fort, accomplit de merveilleux exploits. Il tue un dragon et se baigne dans son sang. Ainsi, il devient invulnérable à l'exception d'un endroit entre les deux épaules, là où une feuille tombée d'un tilleul s'est collée. Siegfried va s'emparer d'un trésor, d'une épée redoutable et d'une chape qui rend invisible celui qui la revêt.

Siegfried est fou amoureux de Kriemhild, la sœur du roi de l'Empire des Burgondes, Gunther. Pour obtenir sa main, il doit tenter de conquérir (pour Gunther) Brunehilde, une belle vierge que les dieux refusent à tout autre que l'homme prédestiné, à savoir le plus prestigieux de tous les héros. Siegfried triomphe de toutes les épreuves dangereuses imposées aux prétendants puis laisse croire à Brunehilde que Gunther est l'auteur de ces exploits. Alors la belle Brunehilde épouse Gunther et Siegfried épouse Kriemhild. Fin de la première partie. Et fin de ma pause sous le grand chêne.

Pat_the_bike_guy.jpg

Arrivée au Chalet de la montagne, un spectacle improvisé commençait. Je suis restée là, à regarder Pat « the byke guy » faire ses acrobaties sur des bicyclettes au rythme d'une musique étonnante. À la fin de sa prestation, il passe le chapeau et donne sa photo sur la plus petite bicyclette au monde. Sympathique jeune homme. Une sorte de Siegfried des temps modernes ? Oui, mais où sont passées les Brunehildes ? Revenez demain, chers lecteurs, et vous saurez la suite de la légende...