L'Hôtel de Ville en reconstruction, 1923

L'Hôtel de Ville de Montréal, sous ses dehors paisibles, garde la mémoire d'heures agitées. Ils ont du avoir chaud le 3 mars 1922. J'espère que personne ne s'est matérialisé sur place juste au moment où les flammes détruisaient une bonne partie de l'intérieur. Double inauguration, un incendie, c'est une vie comblée pour un si bel édifice. Nous avons beau le scruter de tous nos yeux, il semble aussi vivant qu'au premier jour.

Cet édifice est magnifique, un vrai bijou d'architecture. Je ne l'avais jamais visité. Ce qui fut fait le 21 août 2001, et en fort agréable compagnie. Quelques fouilles dans les archives nous apprennent que le feu n'avait pas tout détruit en 1922. Après ça, les travaux de reconstruction ont duré 4 ans [c'est long] et la 2e inauguration eut lieu le 15 février 1926.

Pourquoi je raconte tout ça ? Voilà. Toute l'histoire a commencé avec cette vieille photo. L'envie d'en savoir plus long nous a pris. Et quelques idées farfelues. Et si quelqu'un s'était vraiment matérialisé dans les flammes ? Ah !!! On ne peut pas savoir. Mais je suis certaine que cet édifice a une âme [ça se sent]. C'est à cause du Fantôme de l'Hôtel de Ville. Reste à lui trouver un pseudo, pour ce journal, afin de protéger son anonymat, pauv'tit-loulou. Toujours est-il que les architectes ont eu pas mal de chance, ils ont réussi à sauver les murs extérieurs et ainsi ils ont donné un esprit Beaux-Arts au style Second Empire que les gens avaient pu admirer depuis l'inauguration et la construction, en 1878.

hdv_miniatures.jpg

Et pendant tout ce temps, Pauv'tit-Loulou a erré à travers les murs et les fauteuils, les chaises et les cordes rouges qui empêchent les gens de s'approcher trop près des peintures. Il fait les commentaires aux visiteurs :

« Ici, messieurs dames, la plaque qui commémore le passage de Jacques Cartier en 1535, et Oh..., ici messieurs dames, un fabuleux fauteuil Louis XV venu tout droit de France ! ».

Et c'est ainsi que Pauv'tit-Loulou fait visiter l'HDV à des tas de gens imaginaires et réels bien que les gens réels eux, ne l'entendent presque pas.

- Presque pas... Script ? As tu entendu ?

- Moi ? Mais tu vois, tu fabules un peu, mon cher Jack, je n'ai pas vu de fabuleux fauteuil Louis XV venu tout droit de France, nulle part... à moins que Pauv'tit-Loulou en ait matérialisé un juste pour toi ? On attrape pas les mouches avec du vinaigre, n'est-il pas ? Pas fou le Pauv'tit-Loulou, il veut t'embarquer dans cette histoire de fantôme, alors il met du miel sur la tartine. Par contre, j'ai bien vu que le hall d'honneur est ouvert sur deux étages et qu'il est surplombé d’une galerie intérieure. Et j'ai bien vu aussi dans ce hall les superbes balustrades en bronze, les planchers de marbre de campan [wow], les murs de marbre crème granités d'or [re-wow], les pilastres à chapitaux corinthiens de bronze doré [re-re-wow], et même les statuettes et lustres de bronze [j'arrête ici l'énumération, ça me tue !]

Pff. Elle a même pas vu le fautueil. Pur style Louis XV avec des tendances Mérovingiennes et un zeste de dédain Matriarcal. Une belle pièce. Et c'est pour le mettre en valeur que la galerie, les balustrades et le plancher se font les ongles pour plaire aux murs qui eux, non contents d'être massifs, s'enlisent dans des sophistications dont Pauv'tit-Loulou n'a que faire depuis qu'il fait toutes ces fabuleuses visites. Et quand il prend sa pause, quand il sort prendre l'air, il va sur le balcon central, le grand. Il discute quelques instants avec le Général de Gaule, « bien mon Général », « à vos ordres mon Général, »

- ...et au fait, le Québec, Script, il devient quoi ?

- Quelle question ! On en reparlera tout à l'heure, ok ? Faut que j'aille préparer le souper, le Général vient dîner.