173. Good Morning Montreal

ile_depart

Nous pouvons,
dans le poème,
les mathématiques,
la musique,
nous libérer
de l'inévitable,
construire
un autre
monde,
une altérité. (Georges Steiner)

Il n'y a plus d'eau dans la mer. Il est tard, il faut que je mette la clé sur la porte de l'ermitage.

Il n'y a plus d'eau dans le ciel non plus. Je quitte Poetic Island ce soir.

Le retour à la ville se fera tout en douceur, la raison est bien obligée de prendre le dessus sur le coeur, parfois. Les vacances sont finies. L'été s'achève. Je dois rentrer au bercail, puis au travail. Il ne reste que quelques jours pour rêver et après, pfuitt, ce sera terminé.

As I dreamed on the edge of the world, I have no choice.

Sagement, dire adieu à Poetic Island, cueillir un dernier bouquet de fleurs des champs, quitter le monde des mots, la métamorphose poétique, le mont Canigou et les Cascades.

Saluer une dernière fois la fée Palestine, les embruns, le miel sauvage, les plages de galets.

Dire adieu à Sonjii, le jeune ermite.

Say adios to Poetic Island, and tomorrow, be ready to shout : Good Morning Montreal !

Haut de page