Je me suis levée à 7 heures, j'ai lu mes mails. De son bureau, il m'envoie son amour en kit, dit-il, à monter moi-même parce qu'il est loin. Je soupire. Je sors ma clé Ikea. J'écris un peu. J'écris que je m'écris un roman. Que je fais de S. mon partenaire, mon protagoniste, mon premier rôle. La chaleur m'écrase un peu. Le thé me donne chaud. Je ne mange pas. Pas faim. Je prends une douche d'une demi-heure. Je retourne au lit.

9h52 :
Je passe à la CEV. Je lis des jounaux. Quelques-uns, au hasard, selon la poésie des noms. Je me demande si je ne finirai pas weblogeuse comme Ameriq. Il dit qu'on se branle? Je sais. Et ça n'intéresse personne. Je me demande pourquoi ils ont tous un logo de la SDV. Pourquoi j'en aurais pas un moi aussi ? C'est fort, le mimétisme. Mais je ne suis pas membre ? Qu'à cela ne tienne. J'écris, on sait jamais, peut-être me répondra-t-on. Non ? Pas grave, je me colle un logo pareil, il est trop mignon, ça va me changer des fleurs et des grands peintres. On se branle Sir ? Yes Sir !

Question :
Ai-je au moins mille et une excuses pour ne pas sortir et prendre l'air ?

Réponse :
Dehors, il n'y a pas d'air.

10h00 :
Je fais du café. Hier soir, j'ai fini de lire Tombouctou.

10h14 :
Je colle ce logo ici tout de suite, je ne peux plus attendre.

membresdv.gif

10h30 :
Je bois un café noir dans un bol blanc en porcelaine, sans image.
[y'a plus de lait, va falloir que je sorte].
J'adore ce logo. Surtout la petite boule rouge.