Dans un avenir unicode,
Scribouillage de la vie future
Des êtres inorganiques s'organisent pour fumer le café
Et devenir liquidation totale de ce qu'il nous faut.

Dans un avenir palimpseste,
Foisonnement de mots syncopés,
Le chat n'est pas un trope
Il miaule pour une vraie caresse.

Et c'est bien là où toute la solution s'est rejointe, au pied d'un palmier. Le dîner commence à naître. Il faudrait lutter pour survivre ? Il prend une tartine de pain, ça fait un peu machiavélique. Je dors sur le bord de la table, encore déphasée de 6 heures. Il fait la conversation en levant les bras au ciel.

Les serveurs s'affairent autour de notre solution, tourbillon cosmique. Avec un projecteur qui nous éclaire, on pourrait faire les stars, lui, dans un costume façon Mafieuse et moi, dans ma robe déchue d'Amélie Poulain, on aurait l'air de deux poupées de cinéma alors que finalement nous sommes loin d'être quelque chose de tangible.

Personne ne comprend plus le langage des plumes et des cailloux. Les plages ont troqué leur sable pour des lits de mousse. Les arbres font la courbette comme des virgules. Le soleil s'imagine qu'il écrit des lettres aux oiseaux, sous pli recommandé, poste restante.

Les humains retrouvent le langage des anémones pulsatiles et ne communiquent plus que par bip bip vaporeux.

Et vivre dans un coquillage presque marin, c'est notre rêve. Dîner les pieds dans l'eau parce que personne ne peut comprendre, personne. La plage est déserte et on nous sert la Chevauchée de Valkyrie dans une assiette de crudité. Par avion. Dans la brume qui s'échappe de la mer trop froide face à la canicule de la plage.

L'avion fait le tour du monde en silence et largue des mots : Veux-tu goûter à cette entrée dans la matière ?