violette

Ces fleurs sauvages sont bien jolies. J'ai découvert un bouquet de violettes comme celles-ci qui ont poussé dans mon petit jardin devant la maison, juste en dessous du vieil érable.

Les violettes sont de différentes couleurs : blanches, jaunes, bleues. Ou violettes. Les miennes sont d'un beau violet et les fleurs sont toutes petites. On en trouve beaucoup dans les érablières, un peu partout au Québec. Mais surtout dans la région de Montréal, dit-on. Je ne sais pas comment ces fleurs ont fait pour arriver jusque chez-moi, toutes seules en pleine ville. La magie, sans doute.

Quand il est question de magie, on dirait que la vie s'illumine. Dans mon petit livre des plantes sauvages printanières, il est écrit que les feuilles et les boutons floraux des violettes sont comestibles et de saveur maximale au printemps. Qu'ils sont savoureux en salade, en soupe ou cuits comme légumes. On peut aussi boire une infusion faite avec les feuilles.

J'ai trouvé une recette de sirop de violettes. Mon plant est trop petit pour faire l'expérience; dommage. Je n'ai pas assez de fleurs. Il faudrait que j'aille en cueillir à la campagne. Pour faire du sirop de violettes, il faut faire cuire une partie (en poids) de fleurs fraîches dans 5 parties de sucre et 2 1/2 d'eau; ce sirop sert entre autres à colorer les bonbons. Quelle bonne idée! Les violettes confites sont de délicieuses friandises. vraiment délicieuses.

Cette journée fut magique pour plusieurs raisons : les fleurs, l'amitié, l'écriture, la musique. Depuis quelques heures, j'écoute en boucle «Lawn's», de Carla Bley (Sextet). Douceur. L'ami qui m'a fait ce cadeau prétend que la vie c'est fait pour être magique. Et que la musique c'est la vie. Je suis d'accord avec lui. Je lui dis qu'il a raison. On se dit qu'on a toujours raison. Voilà un problème de réglé.