« A-t-on le droit d'exténuer ses propres obsessions, de les exploiter, de les ressasser sans merci ? »

porcepic.gif

Je reprendrai ce matin la question de Cioran, notée hier, pour la tourner et retourner comme le jongleur avec ses balles de couleur.

Je voudrai aussi coller sur cette page un papillon bleu. Simple désir frivole. Mais je ne possède pas une telle image. Et je n'ai pas envie d'aller magasiner dans les sites qui fournissent gratuitement [!] les « gifs » et autres quincailleries graphiques en libre service.

Je me contenterai donc du porc-épic qui me fera penser à travailler. J'aimerai caresser le souvenir de mon papillon comme presque identique à celui que j'épinglerai en bas de la page, il est à l'image de l'immobilisme qui atteint certains de mes projets d'écriture. Il y a longtemps, j'avais attrapé un beau papillon monarque; je l'avais placé dans un dictionnaire. Il s'y est reposé les ailes en séchant. Elles ont d'abord commencé à se fendiller et puis après, elles se sont divisées. Maintenant, il est en pièces détachées comme un petit puzzle et quand je le retrouve, je lui redonne sa forme d'avant. Mais chaque fois, il y a de plus en plus de pièces à rassembler. Au moins, celui-ci, il va rester entier...

po_butterfly.jpg

Vendredi. Beau soleil. La matinée commence. Je n'ai pas faim.