Un dimanche où Script se consacre à son journal et autres trivialités

les chenilles de Grosse fatigue

Hier, je faisais la triste découverte des liens qui ne mènent plus nulle part, des marges en double et des pieds de page inutiles partout dans le journal, depuis que j'ai placé des cadres. Mais qu'est-ce qui m'a pris de faire ça ? J'avais pas assez réfléchi. J'ai donc mis le bouchées doubles pour tout réparer au plus vite car je ne veux pas que les lecteurs se perdent dans le labyrinthe de mes pages. Dépêchons, avant que quelqu'un ne reste coincé dans les mailles du filet si savamment tissé de liens menant à mes élucubrations quotidiennes arrosées de citations, de contes et autres diaristiques envolées [il me reste à inventer des tas d'autres script-O.nomatopées]

J'ai travaillé là-dessus presque toute la journée et ce n'est pas fini ! Le reste [tout février et autres pacotilles] attendra demain.

Le merveilleux dans cette folle « aventure », c'est que j'ai retrouvé mes belles chenilles langoureuses et fatiguées. Script aussi est fatiguée ce soir. Allez, au dodo !

Les autres trivialités du jour ? Trop fatiguée pour les raconter. Listons.

Mangé des céréales et des poires bien mures.
Bu du lait.
Écouté Guelfucci.
Vu mon écran.
Le reste je le garde pour moi, tralilala.

Patience, très cher lecteur, une fois le journal revampé, on va être bien cet été.