64. un conte [la suite]

forget02.jpg

Le conte de la gardienne d'oies est-il terminé?

Pas du tout ! Mais, j'aimerais bien répondre que oui. Il reste deux problèmes à résoudre avec ce conte : deux des transformations doivent revenir à leur état initial, sinon, le conte ne sera jamais terminé, autrement dit, le prince et la princesse ne pourront pas vivre heureux bien longtemps.  La Scribouilleuse avait raison, on a pas retrouvé le mouchoir brodé de myosotis au coeur d'or dans les coins avec les trois gouttes de sang de la vieille reine, et il faut le retrouver absolument. On se souviendra que le mouchoir était tombé dans la rivière [59]. De plus, S. m'a délicatement [arf] fait remarquer qu'à l'épisode [63], l'oie de l'image a été changée en cygne. Ce n'est vraiment pas bon signe. Pas bon signe du tout. Et moi, occupée à raconter la suite, je n'ai rien vu. Les quelques centaines de mille lecteurs qui sont venus lire non plus ! Alors, me voilà contrainte de poursuivre le conte et cette fois, sans l'aide des frères Grimm, à cause du mauvais sort.

Quelques heures avant le festin où le roi avait posé la devinette à la fausse princesse et qu'elle avait elle-même formulé son châtiment [63], on avait fait appeler un peintre célèbre et il avait peint un magnifique tableau de la vraie princesse dans son costume de gardienne d'oies. Le peintre avait longuement insisté pour avoir comme modèle la plus belle oie du royaume et pour réussir à l'attraper, Petit Conrad dut passer des heures à lui courir après.  Mais il y parvint et le peintre put compléter le portrait. Ensuite, le tableau fut accroché sur un des murs de la salle à manger du château. Mais vous savez comment sont les humains avec les tableaux, après les avoir payés une fortune et passé des jours à trouver l'emplacement idéal pour les mettre en valeur (un peu plus à gauche, non à droite, un peu plus bas, monte un peu, et caetera), ils ne les regardent plus. Ce fut malheureusement le premier mauvais sort qui attendit notre toile de la gardienne d'oies. Sauf pendant les quelques heures précédant le festin, bien entendu. Festin au cours duquel tout le monde se pâma devant sa luminosité et la richesse de ses couleurs d'ailleurs. Après ça, personne ne l'a plus regardée jamais, sauf la méchante servante.

Parce qu'au moment où le roi lui dit qu'elle serait dépouillée de ses vêtements et mise toute nue dans le tonneau garni à l'intérieur de petits clous pointus, elle jeta un mauvais sort au tableau et l'oie fut immédiatement changée en cygne. Mais l'autre mauvais sort qu'elle baragouina tout bas pour se venger était bien pire. Elle prononça ces mots de sorcière pansue : « Prince, beau prince, tu épouseras ta princesse, mais quand elle mettra au monde son premier enfant, tu seras changé en cygne, et tu prendras place sur ce tableau. Parce que le cygne, beau prince, c'est toi, c'est juste l'image de ce qui t'attend. Crois-moi, je te ferai payer le mal que tu m'as fait. » Et sur ces mots, on emporta la mégère pour exécuter le jugement.

Qu'est-ce qui a bien pu arriver à ce mouchoir ? Je préfère ne pas trop me poser de questions. Mais se pourrait-il que la princesse ne puisse pas mettre d'enfant au monde ? Ainsi, le mauvais sort n'aurait aucun effet et le conte pourrait se terminer. Si c'est ça, on aurait perdu le mouchoir à tout jamais. Par contre, si elle accouche, c'est bien. Pas vraiment bien, parce que le prince sera changé en cygne et prendra place sur le tableau. Mais il faudra inventer une suite. Et dans la suite, on a peut-être une chance de retrouver le mouchoir ? Non ? Oui. Moi, je pense que oui.

forget01.jpg

En attendant l'inspiration, je suis allée voir dans le dictionnaire anglais et c'est assez intéressant ce qui est écrit sur l'étymologie de myosotis : oreilles de souris... Tiens ? Je ne savais pas. Dans le Littré, ils n'en parlent pas, ils disent seulement que le myosotis est du latin myosotis, ça, on s'en doutait. Et que la fleur est connue sous le nom de « Ne m'oubliez pas », « Souvenez-vous de moi », « Plus je vous vois, plus je vous aime », et c'est tout.

Le Petit Robert, si je l'ouvre, va-t-il essayer de m'arracher les cheveux comme Petit Conrad ? Non. Mais, il en racontera un peu plus long. Si j'enlève ce qu'on sait déjà, il reste : « Plante herbacée (borraginacées) à petites fleurs bleues (parfois blanches, roses) qui croît dans les lieux humides. Le myosotis est aussi appelé « herbe d'amour », « oreilles de souris », « ne m'oubliez pas ». En allemand : « Vergissmeinnicht » et en anglais : « Forget-me-not ».

En anglais : « Myosotis scorpioides », « Forget-me-not ». Etymology : New Latin Myostis, genus name, from Latin myostis, mouse-ear, a kind of plant, from Greek muostis, muos genitive of ms, mouse, See ms-. + oust-, ear. See ous-. (Source : The American Heritage® Dictionary of the English language)

Haut de page