Me voilà de retour après une absence de quelques jours.  Une courte pause.   Nécessaire.  Pour me consacrer exclusivement à d'autres écritures. Et aussi pour répondre à ce besoin, comme une exigence personnelle, de renouer avec mon autre journal, que l'on appelle « journal papier ». Cette terminologie ne me plaît pas.  Mais comme je ne dispose d'aucun autre mot de rechange, ça ira pour aujourd'hui.

Retour au journal papier, donc.  Je résisterai à la tentation de le recopier dans ces pages virtuelles.  D'abord ce serait beaucoup trop long.  Et puis c'est plein de secrets intimes.  Ici, c'est autre chose qui se joue.  Un jeu si différent, si étrange.  Magique.

Quelqu'un m'a cité un jour cette maxime d'un poète persan dont j'ai oublié le nom :
« Tout ce qui n'est pas plaisir, s'en abstenir ».

Plus j'y pense, plus cette petite phrase me réjouit le coeur.  L'écriture quotidienne dans ce journal ne doit pas se vivre comme un esclavage.  Ni devenir une corvée.  Il s'agit tout au plus d'adopter certaines contraintes, et de les respecter.  Accepter de m'éloigner un peu quand le plaisir [ou le malheur] m'attire ailleurs.  Autour. 

Et pour voler avec mon papillon de nuit aux mille couleurs.

papillon4.gif