6. on veut savoir c'est qui

On veut savoir c'est qui P. Franchement, je ne sais même pas qui c'est. Peut-être personne. Peut-être trois ou dix personnes qui s'amusaient à jouer au lecteur amoureux qui vient te relancer jusque chez-toi, dans ton intimité. C'est le IL qui te chante qu'il t'a « reconnue » comme son âme soeur, il te fait virtuellement des regards tendres, admiratifs. 

P, c'est le lecteur amoureux transi qui a tout fait pour m'attirer vers lui. 

P, c'est l'entité virtuelle qui m'annonçait dimanche qu'il ne me regarderait plus du tout, jamais.

Je sais qu'un jour, si j'attends trop, il sera trop tard pour répondre à son message de rupture. Ça me donnerait quoi d'ajouter quelque chose, de lui écrire encore ? Après, je me demande s'il me répondrait, s'il m'écrirait une autre fois. Et s'il m'envoyait un autre message dans une semaine, ou deux, ou même dans un mois ? La même question se poserait. 

A quoi cela nous mènerait de poursuivre une correspondance ? Déjà, nous sommes si éloignés l'un de l'autre. Mais je me mets à sa place, peut-être qu'il s'attend à une réponse ? Ça doit être terrible d'écrire un « non » comme celui là, et de se retrouver sur du vide. Peut-être qu'il espère un mot pour en finir, une sorte de conclusion, un point final. Mais je dois me tromper. Il pourrait aussi avoir poussé un grand soupir en se disant finissons-en, que je lui écrive ce dernier mail et que j'en entende plus jamais parler, sans se poser toutes ces questions. 

Et si je ne pense qu'à moi, il faut bien que je me demande ce que je veux. J'espère quoi en lui répondant ? Qu'il me raconte tout le plaisir qu'il prendra à la vie « sans moi » ? Cela me rendrait jalouse. Et s'il est malade ou qu'il ne va pas bien, je pourrais m'inquiéter encore pour lui et avoir envie de tout faire pour qu'il soit heureux. Si lui-même ne croit pas au bonheur, je suis qui, moi, pour vouloir le lui servir soir après soir pour les mille et une nuits à venir et toutes les autres après ?

J'en arrive donc à la conclusion que je laisserai son message attendre sur le dessus du  cartable noir. Et dans quelques semaines, dans quelques mois, la décision se prendra toute seule. Cela ne vaudra plus la peine. D'autres messages se seront empilés par-dessus.

Haut de page