mercredi

astilbe

Je pense que je vais finalement mettre mon journal en ligne aujourd'hui. Si j'arrive à me trouver un serveur gratuit qui fonctionne, et pas trop lent ou compliqué.  Non.  Je vais attendre pour voir si je pourrais trouver le temps et l'énergie d'écrire plus souvent.  Au moins être capable de faire trois jours de suite. Si je relève le défi, j'irai sur les ondes.

J'ai fait pas mal de lectures pour trouver un texte qui me plaise suffisamment pour le recopier. « Et in Arcadia Ego », de Katherine Mansfield, date de 1915 : c'est un texte sublime, dommage que j'aie dû l'amputer au milieu, et de presque la moitié.

Je pense que je ne pouvais trouver mieux que Katherine Mansfield pour insuffler en quelque sorte une âme à mon journal. J'en ai relu une partie cet après-midi. Je ne me souvenais pas (ou bien cela ne m'avait pas frappée à ce point avant) du fait que cette femme était profondément souffrante.  Malaises et maladies physiques, grosses peines d'amour, dépressions...  Mais tellement sensible aussi et capable de capter et de s'émouvoir d'une gamme de sensations tellement nuancées que cela me coupe le souffle.  Et elle a réussi à l'écrire, à décrire son monde intérieur - et extérieur -  avec tant de doigté et de précision qu'on peut presque se croire sur place et ressentir avec elle.  Quel talent elle avait. 

Haut de page