Le mal de dos s'en va. Je n'aurai pas besoin de traitement en ostéo. Il fait un petit soleil tout pâle ce matin. Fait froid, on gèle dehors, les gens ont sorti leurs cache-nez !

Ma semaine se présente assez chargée. Je vais quand même prendre le temps d'écrire quotidiennement dans ce journal pour garder le fil. À l'horaire aujourd'hui : à partir de mes réflexions et notes de lecture, quelques pages de l'essai qui se trouve à être la dernière partie du mémoire. En fait, vu le peu de temps qui me reste, j'y travaillerai environ 10 à 15 heures par jour. Mais j'aime beaucoup rédiger sous pression, concentrer toutes mes énergies et les orienter juste à un endroit, les idées sortent plus vite et comme toutes taillées d'avance. Le tête comme une serre chaude. Tropicale. Sprint final.

J'ai encore oublié de descendre mes poubelles ce matin. C'est l'accès par l'escalier de service étroit et en forme de vis qui est désagréable. Paresseuse ! Toutes les excuses sont bonnes, hein ? J'ai pas oublié, j'avais pas envie. Les sacs verts bien attachés resteront congelés sur la galerie d'en arrière jusqu'à jeudi. Aucune odeur, c'est gelé. Le problème est donc réglé. Mais ces jours-ci, la vie matérielle me dépasse légèrement. Non, je suis dépassée par... Je n'y suis plus du tout.

Reste la cuisine. Rien fait depuis deux jours : au moins deux heures de nettoyage en retard. Je m'y attaque tout de suite. Et côté coeur ? Un désert.