Mercredi 7 janvier 2015, 11 heures 30

J'aurais aimé composer une Ode à la liberté d'expression à la mémoire de Cabu, Charb, Tignous, Wolinski et les autres tués et blessés de Charlie Hebdo.

Je ne peux pas. Les mots s'effacent à mesure, et d'autres prennent la place. J'entends des cris de mort. Triste jour.

Je médite. Si je possédais les caricatures interdites, je les publierais sans aucune hésitation.

Mis en ligne un « Je suis Charlie » qui remplit toute la page d'accueil. Je le garderai tant et aussi longtemps que j'en aurai besoin. Pour mémoire de ces actes d'une barbarie immonde.

Je n'ai pas peur.

Jeudi 8 janvier,

Angoisses et souffrance, toute la journée.

Vendredi 9 janvier, 11h45

Encore de la neige. Déblayé la galerie avant, les marches des deux escaliers, avant et arrière.

Dénouements en France : les trois terroristes traqués et tués, des otages morts, du sang partout. À la télé et dans les journaux, les journalistes courent partout, les commentateurs ne savent plus quoi dire. Chaos.

18h30

Demain je reprendrai mon journal en ligne. Ferai une série de dessins sur le thème du « je n'ai pas peur ». Suite logique et implacable à ma série « de quoi as-tu peur ? », commencée en juillet 2011.

Les images se forment lentement. Ce soir je n'ai pas encore la force de dessiner.

J'écris une liste de « je n'ai pas peur ».

Je découvre que je n'ai [plus] pas peur du sang.

J'emprune la caricature de Plantu :

ATTENTAT-CHARLIE-550.jpg