Vol. 3 : Love & Writing Project

jeudi 20 juin 2002

1. chaleur

rosa eglanteria

Soleil. Chaleur sur la peau. Chaleur jusque dans l'âme. Le coeur comme la fournaise rougeoyante enveloppée d'un large ruban de satin violet. Seul le coeur. Seul et plein de tendresse. Ravi par la vie palpitante que fleurit la terre, les gens, la ville. Voleur comme l'oiseau. Cheval galopeur sur le lire la suite


vendredi 21 juin 2002

2. couleur

Devant la maison, les iris de Russie sont en fleur. Dans le coeur, des lignes noires et une tache jaune d'or. Le rosier sauvage, élégamment surnommé Églantier, a pris tellement d'expansion que ses branches chargées de fleurs d'un rose pâle – très pâle, ploient jusqu'au sol. Je pose un tuteur et lire la suite


samedi 22 juin 2002

3. une peine d'amour

Un chat qui dort. Les nuages bas. Le ciel gris. Mi alma como las pupilas azules del padre. Escribir. Amar. Aimer et écrire. Mon âme comme les yeux bleu ciel du père. Je place un petit cadre noir avec sa photo prise dans les années trente sur le mur derrière l'écran de cet ordinateur sur lequel je lire la suite


dimanche 23 juin 2002

4. la fête

Partout, l'air est à la fête. La Saint-Jean-Baptiste, c'est demain. J'aime le grand drapeau bleu à croix blanche avec ses quatre fleurs de lis blanches dans les coins. Je suspends le fleurdelisé à la frise de métal noir ornant le balcon qui donne sur la rue. Je décore la maison avec des bouquets de lire la suite


lundi 24 juin 2002

5. rosa eglanteria

I know a bank where the wild thyme blows, Where oxlips and the nodding violet grows, Quite over canopied with luscious woodbine, With sweet musk-roses and with eglantine: There sleeps Titania sometime of the night, Lull'd in these flowers with dances and delight... [Shakespeare] Je découvre de lire la suite


mardi 25 juin 2002

6. comme envoûtée

À l'aube, je me suis fait réveiller par une petite chouette venue hululer près de la fenêtre de ma chambre. Quelle merveilleuse façon de commencer une journée. La chouette semble installée sur le toit de la terrasse. Je me demande si elle s'entend bien avec mon chat. L'imprimante est programmée pour lire la suite


mercredi 26 juin 2002

7. les fourmis

Aujoud'hui et hier : nausée. La grande nausée. Physique, simplement. Le corps. J'ai mal au coeur. Je marchais ce matin dans les petites rues du quartier Parc Extension. Les odeurs des pivoines mêlées à celles des roses sont tellement fortes qu'elles envahissent tout l'air que je respire. J'aime ce lire la suite


- page 1 de 45

Haut de page