février 2005 (8)

mardi 1 février 2005

23. influenza

Extrait de La métamorphose des plantes : La lumière et l'esprit, qui règnent, l'une dans l'univers physique, l'autre dans l'univers moral, sont les plus hautes énergies indivisibles qui se puissent penser. [Goethe] Le Bas-du-Fleuve me manquait. Quand l'envie de partir vous prend, c'est bon de ne pas  […]

lire la suite »


mercredi 2 février 2005

24. jour bleu

neige bleue à Kamouraska le 29 janvier 2005

La dame qui a visité l'autre soir [était-ce hier ou avant-hier ?] revient demain pour voir la maison de jour. C'est bon signe. La grippe ne passe pas. Avec toutes les tisanes que je bois et les comprimés que je suis contrainte d'avaler pour faire baisser la fièvre, la réalité s'estompe, et  […]

lire la suite »


jeudi 3 février 2005

25. nuit rose

2005.02.03_fleuve bleu et ciel rose

Avec la grippe, j'ai eu beau me soigner, je me suis levée ce matin et ça s'était « compliqué » pendant que je dormais – ou essayais de – d'une bronchite et d'une conjonctivite à l'oeil gauche. Douloureux, surtout la gorge quand je tousse, mais cela n'a rien d'une tragédie. Et je ne me plains pas,  […]

lire la suite »


mardi 8 février 2005

26. redoux

2005.01.29_eglise de stjpj

L'hiver est court, le temps doux. Les grands froids manquent. J'ai failli sortir en sandales aujourd'hui. Oups. Encore aux prises avec cette mauvaise grippe. Heureusement, il me reste quelques images de la campagne, dont cette église construite en 1779 [à Saint-Jean-Port-Joli] et comme déposée le  […]

lire la suite »


samedi 12 février 2005

28. réponse

source:©Paramount Picture, V.W. in The Hours

Je crois que c'est Virginia Woolf, dans Mrs Dalloway, qui aurait écrit : «Même les cinglés aiment bien qu'on s'intéresse à eux». Mais je ne pourrais l'affirmer sans l'ombre d'un doute puisque que j'ai entendu la phrase sortir de « sa » bouche dans un film que je regardais hier soir [The Hours].  […]

lire la suite »


lundi 21 février 2005

29. blanchir le temps

Extrait de La promenade au phare : C'est ainsi que régnaient ensemble le calme et la beauté, et leur union donnait à cette même beauté l'aspect d'une forme d'où la vie s'est retirée, forme solitaire comme un étang aperçu le soir dans le lointain de la fenêtre d'un wagon et qui disparaît si vite dans  […]

lire la suite »


vendredi 25 février 2005

30. écrire désire, lire jouit

Extrait de Alfred de Musset à George Sand : Te voilà revenu dans mes nuits étoilées, Bel ange aux yeux d'azur, aux paupières voilées, Amour, mon bien suprême, et que j'avais perdu. J'ai cru pendant trois ans te vaincre et te maudire — Et toi, les yeux en pleurs, avec ton doux sourire, Au chevet de  […]

lire la suite »


Haut de page