septembre 2004 (20)

mercredi 1 septembre 2004

241. de la vie des grenouilles

Petite erreur hier avec la boulangerie Amish qui est plutôt une pâtisserie Heimishe. Pardon à ceux que j'ai pu involontairement offenser. J'ai corrigé la page 240. Ça me trottait dans la tête, quelque chose clochait, je le sentais, mais quoi ? Alors j'ai révisité la scène à rebours en allant faire  […]

lire la suite »


vendredi 3 septembre 2004

242. f.i.n.i.

Je note qu'il m'arrive souvent de ne pas avoir envie d'écrire le jeudi. Le jeudi est peut-être un jour pour ne pas écrire, ou ne rien faire. J'ai pourtant travaillé fort hier et fait des efforts encore une fois, une grosse journée. Mais ce matin, j'ai craqué. J'avais passé une nuit horrible à ne pas  […]

lire la suite »


samedi 4 septembre 2004

243. il y a

vieil érable

une échappée vers le ciel le vieil érable le vert l'ocre l'orange les feuilles la soie, le noir la musique le corps le secret le plaisir sentir le coeur les mains caresser la bouche le sexe effleurer le sang le vent la vie écrite partout et la mort  […]

lire la suite »


dimanche 5 septembre 2004

244. annie's bobos

Encore une nuit blanche. La troisième, docteur. De grandes plages d'insomnie le coeur en pagaille, serré, battant, et des allergies qui m'ont fait éternuer et moucher, mal à la gorge. Je vous épargnerai la liste des bobos. Je ne veux pas vous faire becquer bobos. J'écris ça comme je ferais ma  […]

lire la suite »


lundi 6 septembre 2004

245. et la suite

Encore l'insomnie. Je commence à me sentir un peu fiévreuse à force de manquer de sommeil. Tant pis. Décidé de prendre mon mal en patience et d'attendre quand même à dimanche pour rejoindre ma maison au bord de la mer [juste sur le bord, yep]. Le petit couteau à patates de Lady A. ne m'aura pas été  […]

lire la suite »


mardi 7 septembre 2004

246. coder, décoder

Pas trop flâné hier. Active. Hyperactive sur les bords. Corrigé des codes. Fait du ménage. Encadré des images, et des photos. Corrigé des codes. Lessive. Repassage. Soupé chez mes Italiens favoris avec un beau grand jeune homme aux cheveux longs. Au retour, corrigé des codes. Mis un peu de zique  […]

lire la suite »


lundi 13 septembre 2004

247. c'est cela

algues et galets sur la plage

Tiens, me disai-je en me berçant sur la terrasse face à la mer dans une authentique chaise berceuse en bois peinte en blanc avec le dossier très haut [demain penser à faire une photo]. En me berçant, me disai-je donc, tiens tiens, et si je commettais la vacuité d'une autre page de journal on line  […]

lire la suite »


mardi 14 septembre 2004

248. à marée basse

quelques hémérocalles, et la mer, le 13 septembre 2004

La mer s'est retirée loin au large. Comme dans ses derniers retranchements. La plage a suivi le mouvement et gagné du terrain. Elle s'est allongée, envahie d'oiseaux blancs, rapaces dévorant les restes comestibles coincés à travers les algues et entre les galets. Ça crie et criaille et croasse dans  […]

lire la suite »


mercredi 15 septembre 2004

249. des petits fruits rouges avec ça ?

les petits fruits rouges, cuvée du 14 septembre 2004

Flash back.  Certains lecteurs de ce journal adorent quand j'aborde la question des petits fruits rouges.  Je n'ai pu résister à l'envie de leur en capturer une jolie grappe accrochée aux branches de l'arbre [dont j'ai oublié le nom].  Ça pousse à profusion par ici.  Un coin béni des dieux où il  […]

lire la suite »


jeudi 16 septembre 2004

250. douce vie

berceuse sur la mer, le 16 septembre 2004

C'est elle. La belle chaise berçante blanche dans laquelle je prends le frais. Le jour pour laisser le soleil me caresser la peau. Et la nuit pour rêver aux étoiles. Le ciel en est rempli à ras bord. Pas un seul jour de pluie depuis dimanche. Et sur cette grande terrasse surplombant la mer, quand  […]

lire la suite »


samedi 18 septembre 2004

251. ô mon nouvel ami

la mer si douce du 16 septembre 2004

J'ai réduit la taille des images – tentative pour ne pas ralentir l'affichage de la page. En cliquant dessus on peut les voir de plus près. Ces clichés ne sont pas des chefs d'oeuvre. Simples supports pour conserver quelques précieuses contemplations. Un autre jour. Lent réveil en même temps que  […]

lire la suite »


dimanche 19 septembre 2004

252. envol

oiseau noir, le 19.09.04

Il y a de plus en plus d'oiseaux qui viennent se poser tout près de la maison, sur les grosses roches grises, rouges ou brunes qui ont été jetées sur la plage par quelque vieux glissement de terrain. Je pense que les oiseaux commencent à s'habituer à ma présence. J'essaie de ne pas faire trop de  […]

lire la suite »


mardi 21 septembre 2004

253. blanche beauté

il reste encore des églantines par ici : le 21 septembre 2004

La plus simple fleur blanche pousse sauvage le long des grèves. Rêver chanter méditer ne pas citer ne pas commenter ne pas parler ne pas écrire marcher continuer en silence.  […]

lire la suite »


mercredi 22 septembre 2004

254. à boire

la mer et le rose du ciel

J'aime vivre ici et respirer au même rythme que la mer, sa musique, et ses couleurs. À l'écart, bien à l'abri des babillages et bruissements de ce monde et de ses mini tragédies rétrécies au lavage. Il suffit de marcher et courir six kilomètres entre [et sur] les grosses roches de la grève tous les  […]

lire la suite »


vendredi 24 septembre 2004

255. mises en scène

coquillagesetcailloublanc240904.jpg

Vous m'avez écrit pour demander si c'est moi qui prends ces photos.  Oui. Qui d'autre pourrait le faire, je suis seule ici.  Qui d'autre oserait faire clic clic à ma place quand mon regard se noie dans l'insupportable trop beau de cette vie sur la plage.  Ensuite je prends certaines de ces images  […]

lire la suite »


dimanche 26 septembre 2004

256. il y eut un soir, il y eut un matin

un autre oiseau qui attend des jours entiers sur sa roche en pleine mer que quelqu'un veuille bien s'intéresser à lui

Un autre grand oiseau est venu et il s'est posé sur une roche et il a attendu que l'eau monte jusqu'à lui toucher les pattes et je me suis demandé qu'est-ce que j'en ai vraiment à faire de tous ces oiseaux alors que je ne sais pas voler et ne le saurai jamais. Depuis que je n'ai plus peur des chiens  […]

lire la suite »


lundi 27 septembre 2004

257. et puis il y eut le chemin du retour

Contente d'être rentrée les pieds dans la rosée du petit matin. Juste à temps pour voir mes voisins hassidim commencer à ériger leurs sukkah. La mauvaise nouvelle : j'ai attrapé une contravention pour excès de vitesse. La première de toute ma vie [pas parce que je roule pas vite, mais grâce à  […]

lire la suite »


mardi 28 septembre 2004

258. un peu de tout et encore du changement

Pour commencer, chuchoter que la sukkah est une allégorie de ce monde totalement étrange dans lequel nous vivons, ce monde qui suscite de plus en plus de questions auxquelles toutes les sagesses humaines réunies ne trouveront jamais de réponses. Ceux qui construisent encore ces petites cabanes  […]

lire la suite »


mercredi 29 septembre 2004

259. cou coupé

mes meilleurs souvenirs de Façalamercity

Je pourrais nommer cette image : mon adieu à la mer, ou encore mon adieu à Façalamercity, mais je n'en ferai rien puisque j'y retournerai bientôt et pour y vivre toujours. Enfin, j'essaierai. J'espère ne jamais renoncer à ce très fort désir – profondément ressenti – de vivre, toujours bien vivante  […]

lire la suite »


jeudi 30 septembre 2004

260. apologies romanesques

un oiseau flottant sur la mer, au bord

Ne prenons pas trop au pied de la lettre cette histoire de cou coupé d'hier, – je dis ça, bien que je sache pertinemment que tous ceux qui m'ont écrit pour dire qu'ils lisent ce journal depuis deux, trois, et bientôt quatre ans ont assisté à bien d'autres de mes délires littéraires et auront tout  […]

lire la suite »


Haut de page