juin 2002 (21)

samedi 1 juin 2002

132. elisir d'amore

Fatiguée. Je suis fatiguée. Je me suis encore levée à l'heure des poules après m'être couchée beaucoup trop tard. En fin de compte, je ne voulais pas aller dormir avant d'avoir fini d'imprimer les deux premiers chapitres, mais j'avais le dos en compote et les yeux qui fermaient tout seuls alors j'ai lire la suite


dimanche 2 juin 2002

133. un dimanche triste

favouritepoet.jpg

Le même jour, l'année dernière, je recopiais le verset VI des « Monologues de l'aliénation délirante ». L'idée était de l'apprendre par coeur et de le savoir toujours afin de redonner un peu de réalité à mes songes. Je n'ai pas oublié : c'est l'aube avec ses pétillements de branches par-devers lire la suite


lundi 3 juin 2002

134. je suis là

magnolia_rose.jpg

Una furtiva lagrima negl' occhi suoi spuntò : quelle festose giovani invidiar sembrò : che più cercando io vo' ? M'ama, si, m'ama, lo vedo, lo vedo. Un solo istante i palpiti del suo bel cor sentir ! I miei sospir confondere per poco a suoi sospir ! Cielo, si può morir ; di più, non chiedo, si può lire la suite


mardi 4 juin 2002

135. east of eden

Je ne sais pas pourquoi j'écris. Faut-il vraiment le savoir ? J'ai passé trop de temps à essayer de répondre à cette question et en fait cela ne m'a jamais servi à rien. Ça change sans arrêt. Aujourd'hui, j'ai vu un jour de printemps ensoleillé qui s'est ouvert lentement comme une fleur de magnolia lire la suite


mercredi 5 juin 2002

136. je journale, tu journales, il journale

Il m'a réveillée en me faisant l'amour. Et maintenant il écrit son journal sur Internet pendant que je confie à mon journal papier ce que je recopierai ici intégralement quand il en aura fini avec l'ordi. Je dirai come once again and love me et il me demandera si je comprends bien ce que ça veut lire la suite


samedi 8 juin 2002

137. conte d'un samedi ordinaire

la_tombee_du_jour.jpg

Le samedi 8 juin, je décore la terrasse avec des fleurs violet volatil. J'en mettrai partout avec d'autres couleurs, des roses, des jaunes, des rouges, et de petites pensées prune et pêche rosé. Je regarde mes fleurs. J'écris à la tombée du jour. J'ai fini de lire Cet amour-là, après des semaines lire la suite


dimanche 9 juin 2002

138. ma page de trivialités

Aujourd'hui, un lecteur s'indigne. Il écrit : « l'amour, l'amour, tu ne parles plus que de ça. Fait chier. Et puis d'abord, c'est quoi, l'amour, hein ? C'est quoi cette histoire de Love and Writing project ? Tu veux bien demander à Script d'écrire un peu de temps en temps ? Parce que tu vois, moi, lire la suite


lundi 10 juin 2002

139. that's amore

Un jour, très bientôt, je vais écrire une page, une longue page entièrement consacrée à la partie Love du Love and Writing project. Pas ce soir, parce qu'il est tard et que je suis fatiguée. De temps en temps, il faut bien que j'arrête d'écrire. Sinon, à un moment donné, j'aurais plus rien à écrire. lire la suite


mercredi 12 juin 2002

140. fleuve d'oubli

fleuve d'oubli

Je savais qu'un jour j'écrirais une page de journal et que cette page serait la dernière. Que je l'écrirais comme on referme un livre qu'on a fini de lire, ou comme on descend doucement les paupières d'un mort. J'y avais souvent pensé et j'en avais plusieurs fois parlé sans toutefois passer à lire la suite


141. épilogue/prologue

rosa_eglanteria.jpg

24 juin 2002, Je me doutais bien que je ne pourrais pas rester longtemps loin de ce journal. Pourtant, je n'ai pas regretté un seul instant d'avoir écrit le mot FIN au Journal de Script le 12 juin 2002. Cette partie de mon journal personnel et de ma vie est bel et bien terminée. Une page importante lire la suite


jeudi 20 juin 2002

1. chaleur

rosa eglanteria

Soleil. Chaleur sur la peau. Chaleur jusque dans l'âme. Le coeur comme la fournaise rougeoyante enveloppée d'un large ruban de satin violet. Seul le coeur. Seul et plein de tendresse. Ravi par la vie palpitante que fleurit la terre, les gens, la ville. Voleur comme l'oiseau. Cheval galopeur sur le lire la suite


vendredi 21 juin 2002

2. couleur

Devant la maison, les iris de Russie sont en fleur. Dans le coeur, des lignes noires et une tache jaune d'or. Le rosier sauvage, élégamment surnommé Églantier, a pris tellement d'expansion que ses branches chargées de fleurs d'un rose pâle – très pâle, ploient jusqu'au sol. Je pose un tuteur et lire la suite


samedi 22 juin 2002

3. une peine d'amour

Un chat qui dort. Les nuages bas. Le ciel gris. Mi alma como las pupilas azules del padre. Escribir. Amar. Aimer et écrire. Mon âme comme les yeux bleu ciel du père. Je place un petit cadre noir avec sa photo prise dans les années trente sur le mur derrière l'écran de cet ordinateur sur lequel je lire la suite


dimanche 23 juin 2002

4. la fête

Partout, l'air est à la fête. La Saint-Jean-Baptiste, c'est demain. J'aime le grand drapeau bleu à croix blanche avec ses quatre fleurs de lis blanches dans les coins. Je suspends le fleurdelisé à la frise de métal noir ornant le balcon qui donne sur la rue. Je décore la maison avec des bouquets de lire la suite


lundi 24 juin 2002

5. rosa eglanteria

I know a bank where the wild thyme blows, Where oxlips and the nodding violet grows, Quite over canopied with luscious woodbine, With sweet musk-roses and with eglantine: There sleeps Titania sometime of the night, Lull'd in these flowers with dances and delight... [Shakespeare] Je découvre de lire la suite


mardi 25 juin 2002

6. comme envoûtée

À l'aube, je me suis fait réveiller par une petite chouette venue hululer près de la fenêtre de ma chambre. Quelle merveilleuse façon de commencer une journée. La chouette semble installée sur le toit de la terrasse. Je me demande si elle s'entend bien avec mon chat. L'imprimante est programmée pour lire la suite


mercredi 26 juin 2002

7. les fourmis

Aujoud'hui et hier : nausée. La grande nausée. Physique, simplement. Le corps. J'ai mal au coeur. Je marchais ce matin dans les petites rues du quartier Parc Extension. Les odeurs des pivoines mêlées à celles des roses sont tellement fortes qu'elles envahissent tout l'air que je respire. J'aime ce lire la suite


jeudi 27 juin 2002

8. la vie est belle

J'apprends des tas de choses nouvelles tous les jours. Il fait un temps merveilleux. La vie est belle, si belle. Je prends tout ce qui se présente. Si je reçois beaucoup d'amour, je reçois aussi du non-amour, la haine de X. Mais cela ne me touche pas. Cela ne m'intéresse pas. Ça va aller. Ça me lire la suite


vendredi 28 juin 2002

9. les fourmis [suite et fin]

J'ai peu dormi la nuit dernière. Peu n'est pas le mot juste. Entre deux et six heures du matin, j'étais dans mon lit et j'avais les yeux fermés. Avant deux heures, plus précisément entre 22 heures et deux heures du matin, j'ai écrit. Et puis vers deux heures du matin et quelques, je me suis couchée. lire la suite


samedi 29 juin 2002

10. le noir et les étoiles

Un jour, j'ai écrit dans Le Journal de Script : « La vie m'a appris qu'on a besoin de se brûler vif parfois pour naître à soi-même, s'enfoncer en soi vers le cristal, la fissure. Et soudain de ce grand lac sombre s'envole un oiseau de feu. » [18 octobre 2001] En octobre 2001, j'étais amoureuse de lire la suite


dimanche 30 juin 2002

11. une question de mots

J'aime les dimanches. J'ai dormi comme un ange. Il faudrait que j'écrive une définition du mot ange. Pas celle du dictionnaire, non, j'ai envie d'une définition qui exprime ce que je sais de ce personnage aérien, ailé. Imaginaire. Le dimanche j'aime porter du blanc et allumer des bougies en plein lire la suite


Haut de page