février 2002 (17)

samedi 2 février 2002

35. j'en mettrai quelques couches qui plairont à tire-larigot

fleur de pommier

Vendredi soir, 18 heures 50. Ma semaine et ma journée de travail sont derrière moi. Jack dort. Script dîne dans une heure. Saumon. Cresson. Vin blanc. Mousse au chocolat. La terre tourne. La neige tombe en fine poudre; on dit que c'est de la poudrerie. Ça a commencé juste au moment où je tournais lire la suite


dimanche 3 février 2002

36. exit le journal

fleur de pommier

Aveu : Le Journal de Script n'est pas mon premier journal online. Je sais, cela n'intéresse personne [almost] mais si j'écris cela ici, je le fais d'abord pour mon plaisir à moi et parce que j'en ai envie. Je veux écrire la vie de ce premier journal qui n'a pas vécu très longtemps. J'y pense très lire la suite


jeudi 7 février 2002

37. je me raconte donc...

Au matin, le train arrive à Cannes. Il s'immobilise quelques minutes. Il est tôt. Les gens dorment. Des maisons blanches avec des toits en grès rouge, des palmiers, des chiens qui courent sur la route; on dirait des Images dessinées là pour pasticher un film des années soixante. Gros plan sur le lire la suite


vendredi 8 février 2002

38. pourquoi je ne m'ennuie jamais

une autre bernache de Claquin

Epiphanie, page 3 : Une poupée à la peau trop blanche passe des nuits grises à avoir le frisson dans les bras d'un demi-fou qui écrit des trucs savants et qui refuse d'attendre dans des chambres obscures que les esprits cachés dans des objets magiques lui apparaissent. » Cette phrase est beaucoup lire la suite


samedi 9 février 2002

39. à cinq heures du matin j'ai rencontré un Apache sur la plage

vagues

Piqué par des mouches venimeuses et creusé comme la pierre par les nombreuses gouttes de la méchanceté : c'est ainsi que j'étais assis parmi eux et me disant encore : « Tous ces petits ne sont pas responsables de leur petitesse. Les mouches les plus venimeuses, je les aies souvent trouvées chez lire la suite


lundi 11 février 2002

40. morte d'une overdose de fuite

Claquin : magnolia

Ce soir-là je voulais partir. J'ai toujours voulu partir, m'enfuir. Sans savoir où, sans même savoir pourquoi la plupart du temps. Partir dans le soleil ou dans la pluie, dans la mer ou dans les étoiles. Partir juste pour suivre la direction des nuages et du vent, jusqu'en haut. Je ne me souviens lire la suite


vendredi 15 février 2002

41. il a dit écrire avec...

Dans notre prochaine existence, nous nous garderons bien d'être humains, nous serons deux oies sauvages, volant bien haut dans le ciel, les neiges aveuglantes, les mers et les eaux, les monts et les nuages, les poussières rouges du monde. De loin nous les regarderons comme si nous n'étions jamais lire la suite


samedi 16 février 2002

42. écrire avec son sang

fleurs roses près de chez M.

Samedi matin, la mer est là, derrière la fenêtre. Je cueille les fleurs rouges. J'espérais dormir longtemps et voilà que je me réveille à l'aube comme tous ces derniers jours, triste. Est-ce à cause du printemps qui est déjà en train de s'installer ici ? Des premières jonquilles que j'ai aperçues lire la suite


dimanche 17 février 2002

43. les légendes sont des histoires qui font du bien à l'âme

Dimanche. Il pleut. Je marche sur la plage déserte avec L. Les goélands tournent en rond sur la grève. L. me fait remarquer qu'ils tournent toujours leurs becs en direction du vent. Je les regarde marcher à petits pas pressés sous la pluie. De temps en temps, un petit groupe de goélands s'envolent. lire la suite


lundi 18 février 2002

44. les légendes sont des histoires qui font du bien à l'âme (suite)

Cette légende commencée hier raconte l'histoire d'une femme qui voyage dans la montagne à la recherche d'un ours brun. On saura pourquoi si on a lu la page 43. Et on saura pourquoi je m'intéresse aux voyages en montagne si on a lu les autres pages avant, mais cela n'est pas nécessaire pour lire la lire la suite


mercredi 20 février 2002

45. il y avait la mer

Mardi, 24 fév[rier 19]31 Tu m'as appelé vers toi, Beauté, d'une voix lointaine et qui m'attirait. Je suis venu, j'ai couru, à ta recherche, plein de ta voix qui me donnait la force. Mais la route est longue et ardue et ta voix s'est tue soudain et je ne vois plus rien, c'est la nuit ! Je me demande lire la suite


jeudi 21 février 2002

46. fiction, autofiction ?

Épiphanie, page 8. J'aime pas trop le passage où la fille au visage de poupée, celle qui regardait la mer à la page 33 se prend une grande claque sur la gueule. Disons que la violence au début d'un roman et surtout au début d'une histoire d'amour ça risque de pas avoir l'air trop trop crédible. La lire la suite


vendredi 22 février 2002

47. je me demande si le Nord est gris et s'il existe des fleurs grises

Le même jour, l'année dernière, le soleil brillait. Et je devais être triste ou bien pas très en forme parce que je cherchais « comment apprivoiser la flamme de la vie ». Rien que ça ! Pourtant, en relisant la page 10 de l'hiver 2001, je trouve très peu d'indices sur la raison d'être de mes états lire la suite


samedi 23 février 2002

48. hygiène du journal online

crocus1.jpg

La belle image de crocus est un cadeau reçu par email d'une lectrice qui préfère garder l'anonymat. En réponse à ma demande : « Est-ce vous qui avez pris la photo ? J'aimerais beaucoup la mettre sur une de mes pages de journal... je peux ? Et si oui, j'inscrirais votre nom (ou pseudo) pour que lire la suite


dimanche 24 février 2002

49. on dirait l'aurore qui commence à rougir

J.W.Waterhouse : The Soul of a Rose

Et l'Aurore superbe,heureuse,triomphale, Nue et roseparmi les éblouissements, Se regarde rougir dans les yeux de Céphale. Hier soir, je me sentais totalement dévastée. Défaite. Comme une ville après les bombardements. Mal partout. Brisée. Je dois apprendre à vivre, survivre, comme le font les gens lire la suite


lundi 25 février 2002

50. il est tard, je pense à toi

Un matin de février je me lève très tôt. À cette heure, si je soustrais les six heures de décalage, c'est la pleine nuit. J'ai un peu le vertige. Je me lève, très tôt, je prends une douche. Ainsi, me disais-je, il peut faire nuit et faire jour en même temps. Un matin je sors avant le jour et je lire la suite


jeudi 28 février 2002

51. comme des rubans roses qui volent au vent

fleur rose_Marie

Depuis plusieurs jours je n'écris pas. Je ne sais pas combien de jours, je ne compte plus les jours. J'ai plus envie d'écrire. Des gens m'écrivent pour me demander ce qui se passe. Je ne sais pas quoi leur dire. Je ne réponds pas aux emails. J'ignore ce qui se passe. Je crois que je n'ai plus de lire la suite


Haut de page