octobre 2001 (27)

lundi 1 octobre 2001

211. une fleur rouge pour Mausole

Balisier du Mexique

Rouge comme les fraises de la confiture de ce matin. C'est un rouge de désir, de petit déjeuner. Quand je me lève au milieu des songes de ma nuit, je commence par la confiture de fraises qui dessine sur la table tout le rouge dont j'ai besoin pour vivre. Après, le noir du café me réveille. J'ai  […]

lire la suite »


mardi 2 octobre 2001

212. une fleur orange pour mon chat

Canna indica

Une grosse orange se met à rouler toute seule sur la table ronde de la cuisine. Un moment d'inattention et elle se retrouve par terre à caracoler entre les quatres pattes de métal noir en croix. On dirait une boule de billard. Le chat la regarde. Il hésite. Va-t-il s'approcher ? Avancer une patte  […]

lire la suite »


mercredi 3 octobre 2001

213. le reste est fiction

Cytisus scoparius_Genet

Genêt : Arbrisseau à fleurs jaunes d'or odorantes et toxiques. Il existe beaucoup d'arbustes dont le nom français est « genêt » mais qui n'appartiennent pas forcément au genre Genista. Tous cependant présentent une certaine toxicité au moins au niveau de leurs graines. Très intéressant. On dirait  […]

lire la suite »


jeudi 4 octobre 2001

214. stabat mater

fleurs mauves dont j'ignore le nom

Hier soir une petite tomate a roulé sous la table du four à micro-ondes. Je n'ai pas été la chercher. Jack l'a fait. Il a fallu tirer le meuble et prendre un long couteau pour attraper la fugitive qui s'était coincée tout au fond près du mur. Complètement recouverte de mousse. On la mange ? Non. La  […]

lire la suite »


vendredi 5 octobre 2001

215. un jour mauve

Agapanthe, <em>Agapanthus umbellatus</em>

Encore des fleurs mauves. Violettes, si on aime mieux. Pour me souvenir d'hier. Je me sens comme hier. Pareil. Le Stabat mater ne peut rien changer à ça. Hier, à Saint Jean-Baptiste de Rouville, la nature était plus que belle. Les pommiers sont lourds. Des pommes roulaient dans l'herbe. La faim  […]

lire la suite »


samedi 6 octobre 2001

216. les tubercules

panier de patates

Le vieil érable plus grand que la maison est toujours là, devant ma fenêtre. Cet arbre pourrait écrire ma vie. Ou mon journal ? Possible. Plus orange que vert, il perd ses feuilles. À l'été 2000, j'avais planté des pommes de terre tout autour de son tronc. Ç'avait porté fruits. J'avais pu récolter,  […]

lire la suite »


dimanche 7 octobre 2001

217. vidé de substance

Delacroix : Le combat de Jacob et de l'Ange

Le dimanche 7 octobre 2001, 14 heures 55. Je sors de mon bain où je me suis laissée tremper dans l'eau bouillante longtemps. J'ai passé la loofa sur chaque centimètre carré de ma peau jusqu'à ce qu'elle devienne rouge. Puis je me suis coupé les ongles avec délectation. Après, j'ai bu un bol de  […]

lire la suite »


jeudi 11 octobre 2001

220. comme des taches de sang

fleur jaune rouge

Cette fleur est-elle comestible ? Je me demande ce qu'elle goûte. Est-elle un peu poivrée comme une capucine ? Quoi ? Le rouge ? Non. Ce ne sont pas des taches de sang, ce n'est que de la couleur sur une fleur. Comme si le peintre avait échappé le pot de gouache et que les pigments rouges s'étaient  […]

lire la suite »


samedi 13 octobre 2001

221. de la confiture de framboises

Keisai Eisen : Couple in summer

Il faut que le ciel devienne la terre, l'est devienne l'ouest, pour que nous puissions nous séparer : Tu ne peux pas me quitter; je ne peux pas t'abandonner, même après la mort, nous serons les revenants amoureux inséparables ! Tes épaules laissent voir des traces de dents, dis-moi franchement, qui  […]

lire la suite »


dimanche 14 octobre 2001

222. blanc sur noir, noir sur blanc

agapanthe_blanche.jpg

Annie Dillard : « Ta liberté est le sous-produit de la trivialité de tes journées. » Que se passe-t-il quand on écrit ? Le monde s'arrête d'exister. La terre de tourner. Un court instant de silence au coeur. Le temps que les mots écrits tombent de la main sur la page. L'autre jour, j'ai vu plus de  […]

lire la suite »


mercredi 17 octobre 2001

225. aide-moi petit dragon

Goyo : Beauty applying make up

Mercredi matin, 7 h 23, je me suis réveillée à cause d'un cauchemar terrible, trop triste. Je me suis levée, encore perdue dans la brume du sommeil. En ouvrant le premier mail de Jack, j'ai craqué. Il m'avoue avoir pleuré une demi-heure avant de s'endormir hier soir. Ça me casse en deux de lire ça.  […]

lire la suite »


samedi 20 octobre 2001

227. une fieffée coquine

nymphes.jpg

J'ai été choisie parmi la soupe du dîner de ce soir. Je suis anonyme parmi les anonymes. Si j'avais plus de fièvre, je pourrais dire que je suis l'élue des dieux. Mais le chat fait non de la tête quand je dis ça. Autant m'abstenir. Je n'y crois pas. Ce soir, soupe. C'est presque un jour de fête  […]

lire la suite »


dimanche 21 octobre 2001

228. le cher journal

Van Gogh : Paysage d'automne, fragment

Suspect, on vous l'a toujours laissé savoir. Vous êtes suspect parce que vous écrivez un journal. Comment, elle a des secrets, elle ? Mais pour qui elle se prend ? Qu'est-ce qu'elle a ? Pourquoi elle est pas comme les autres ? Vous haussez les épaules. Parler ? Je préfère écrire, dites-vous. Alors  […]

lire la suite »


mardi 23 octobre 2001

230. s'éloigner un peu du bruit

Van Gogh : Fatique

Mercredi 24 octobre, 9h30 du matin. Je sais, il faut que je travaille. Mais je suis fatiguée, si fatiguée. Je n'ai qu'une envie : m'endormir dans un champ de blé et ne pas travailler. Vivre dans ce tableau de Van Gogh. Ma fatigue entraîne un sentiment de faute, une douleur aiguë. Je ne me sens pas  […]

lire la suite »


vendredi 26 octobre 2001

232. journal, journal, dis-moi

Kunimaru : Courtesan reading a love letter under the autumn moon

J'ai envie de remonter le temps comme je l'ai déjà fait quelques fois dans ces pages : sortir les cahiers de mon journal papier et chercher les entrées du 26 octobre pour les recopier ici sans les relire au préablable. Pour me surprendre moi-même. Je ne sais pas ce que je vais trouver. Je m'engage  […]

lire la suite »


mardi 30 octobre 2001

236. mais où sont passées les Brunehildes ? (suite)

Redon : Brunehilde

La Nibelungenlied* et ma muse Brunehilde, la belle Amazone nordique, me portent chance. C'est parce que Brunehilde est une reine magicienne et guerrière douée d’une force démesurée. En esprit, je porte comme elle une ceinture magique, j'élimine les difficultés et je recapture mes rêves. Mais  […]

lire la suite »


mercredi 31 octobre 2001

237. des choses étranges

tarot_halloween.jpg

C'est la guerre des nerfs. J'ai voulu essayer toutes les paires de chaussures que j'avais et aucune ne donne l'allure qu'il me faut. Aucune ne sait se faire assez classique pour accompagner ma jupe noire. Je les ai réprimandées ouvertement, si fort que les parapluies à 3$ n'en revenaient pas.  […]

lire la suite »


Haut de page