septembre 2001 (28)

samedi 1 septembre 2001

183. jazz night

Mucha : Salammbo

Je marche dans la ville. La ville est belle. Voluptueuse. Certains quartiers : des senteurs de Brooklyn. Je rêve à New-York. La brume de vapeur qui sort de partout. La ville est froide. Elle se coule dessous et m'entortille. La musique déroule les plis de sa robe, un par un, lentement. Quoi faire lire la suite


dimanche 2 septembre 2001

184. peine d'amour ?

château en Écosse2

Je lis le journal et je suis inquiète. Les pages 182 et 183 montrent que Script est si triste, on dirait qu'elle a une peine d'amour. Ça fait trois jours que ça dure. Script a-t-elle une peine d'amour? Je ne comprends pas pourquoi elle est si triste. Tu comprends quelque chose à ça, toi ? Est-ce lire la suite


lundi 3 septembre 2001

185. 168 651 mots

chateau

Il y a 168 651 mots dans ce journal. 168 651 mots ! Pas encore un château ? Oui. C'est là que j'ai besoin d'aller me réfugier pour écrire et pour attendre Jack. Mes images de château cachent l'attente. L'amour tendre. Alors si je suis devant cet écran, maintenant, qu'est-ce que ces mots valent ? Ils lire la suite


mardi 4 septembre 2001

186. écrire serait-il une excuse pour...

prunes

Why am I obsessed with the idea I can justify myself by getting manuscripts published ? Is it an escape - an excuse to any social failure - so I can say, No, I don't go out for many extracurricular activities, but I spend a lot of time writing. Or is it an excuse for wanting to be alone, not having lire la suite


mercredi 5 septembre 2001

187. pourquoi

sorbier

Hier j'écrivais : il me reste à répondre aux questions du « Pourquoi j'écris » et du « Qu'est-ce que j'écris...», les « Why do I write » et « About what » de Sylvia Plath. Oserais-je me risquer à réfléchir à cela dans ce journal ? C'est très intime comme questions. En plus, les « Pourquoi » me lire la suite


jeudi 6 septembre 2001

188. parce que [la suite]

fraise

Le 25 mai 2001, j'écrivais : « Je pense que si je meurs un jour (mais les fées ne sont-elles pas immortelles?), je mourrai debout, en marchant, ou penchée en train d'arroser une fleur, ou occupée à embrasser mon fiancé (I know he's coming soon) ou assise, un crayon à la main en train d'écrire lire la suite


vendredi 7 septembre 2001

189. les petits fruits rouges

choke cherry

Groseilles : nom féminin. Petits fruits rouges, sauvages, parfois un peu piquants. Sucrés et acidulés. Miam. Baies que l'on cueille l'automne dans les bois et qui laissent la bouche rouge foncé et heureuse. Les petits fruits rouges sont sirupeux, ils roulent. Comme l'amour physique. Ronds. Comme un lire la suite


samedi 8 septembre 2001

190. notes sur la fin d'un été

fleur_poilue.jpg

Je me lève à 6h37. La vie s'éveille autour de la maison. D'un geste mécanique, attirée par ce qui se passe dehors, j'attache les rideaux. Quelques nuages défilent, du même blanc cotonneux que la mousse de lait qui flottera bientôt sur mon bol de café. Atchoum ! L'air de septembre s'est à nouveau lire la suite


dimanche 9 septembre 2001

191. dans les coulisses

Waterhouse : Golden box

...que tout vienneet tombe sur moi,jusqu'à l'incompréhensionde moi-mêmeen certainsmoments blancsparce qu'il suffitde m'accompliret alorsrien n'empêcheramon cheminjusqu'àla mort-sans-peur,de toute lutteou reposje me lèveraiforteet bellecommeun jeune cheval. [Clarice Lispector : Près du coeur lire la suite


lundi 10 septembre 2001

192. à la façon d'Alice

Odilon Redon : Ophelia

Que puis-je faire avec mon bonheur ? Comment puis-je le garder, le cacher, l'ensevelir dans un lieu où jamais je ne le perdrais ? J'ai envie de m'agenouiller, tandis qu'il tombe sur moi comme de la pluie, de l'envelopper dans de la soie et de la dentelle, et de le presser une nouvelle fois contre lire la suite


mardi 11 septembre 2001

193. new-york

new_york_explosion.jpg

Chaos, horreur. Pas d'autres mots ne viennent. Au-delà du choc, je pense à Jack qui était si heureux de prendre l'avion demain pour venir me rejoindre à Montréal. Double choc, donc. Jack est coincé là-bas. Jusqu'à quand ? Nous avons la chance d'être vivants et de pouvoir encore communiquer par lire la suite


jeudi 13 septembre 2001

194. on réfléchit toujours mieux la tête entre les mains

Mucha : The Twelve Months : November

En 1956 Cioran écrivait : L'Amérique se dresse devant le monde comme un néant impétueux, comme une fatalité sans substance. Rien ne la préparait à l'hégémonie; elle y tend pourtant, non sans quelques hésitations. À l'encontre des autres nations qui durent passer par toute une suite d'humiliations lire la suite


vendredi 14 septembre 2001

195. notes sur la fin d'un été

poires

J'ai écrit toute la nuit dans ma tête. J'ai fait de la fièvre, j'ai « vu » une histoire pour un nouveau roman et les personnages sont là, bien présents. Ils ne sont même pas repartis avec la nuit. Ce matin, j'ai voulu noter tout cela avant de l'oublier. Je n'avais pas une minute à perdre, je me lire la suite


samedi 15 septembre 2001

196. l'abandon

Camille Claudel : Sakountala

Lettre non expédiée de Camille Claudel à Henriette de Vertus, automne 1913 : Vous avez sans doute déjà entendu parler de mes aventures funambulesques et de ce qui s’en est suivi. Pour terminer, j’ai été enlevée par un cyclone moi et mon atelier, mais par un singulier effet de la tornade, mes lire la suite


dimanche 16 septembre 2001

197. du cristal de roche en ébullition

etty_hillesum_nb.jpg

Une âme est un composé de feu et de cristal de roche. Austère et dure comme l'Ancien Testament, mais douce comme le geste délicat du bout de ses doigts lorsqu'il caressait, parfois, mes cils. [Etty Hillesum] Livres. Un autre dimanche matin passé à bricoler, à rêver et à bouquiner. J'ai finalement lire la suite


lundi 17 septembre 2001

198. au pied du lit

cratere_blues.jpg

Le grand obstacle, c'est toujours la représentation et non la réalité. La réalité, on la prend en charge avec toute la souffrance, toutes les difficultés qui s'y attachent - on la prend en charge, on la hisse sur ses épaules et c'est en la portant que l'on accroît son endurance. Mais la lire la suite


mardi 18 septembre 2001

199. fair play

L'Etna en éruption

Pressure, pushing down on me Pressing down on you, no man ask for Under pressure, that burns a building down Splits a family in two Puts people on streets [Paroles et musique : David Bowie et Queen] Parler toute la nuit au téléphone comme c'est arrivé il y a peu, c'est usant. Se sentir usée mérite lire la suite


mercredi 19 septembre 2001

200. aucune idée, dit-elle

Physalis

Hier soir, j'ai roulé jusqu'à une petite place carrée, cintrée d'un bout de rue à sens unique sur chacun de ses côtés. Au centre, quelques arbres et des bancs; quelques vendeurs ambulants qui offrent des fleurs et des bijoux sur fond de velours noir. Des voitures roulent circonvolutivement d'un lire la suite


jeudi 20 septembre 2001

201. questions de saisons

saisons.jpg, Source : Encyclopédie Hachette

Je me pose toujours beaucoup de questions sur les saisons. D'après mes recherches précédentes [page 32], L'automne 2001 commence officiellement le 22 septembre à 19:05 HAE, ou 23:05 TU. Voilà qui est bon à savoir. Les saisons ne commencent jamais le même jour, alors faut se renseigner, et c'est pas lire la suite


vendredi 21 septembre 2001

202. notes sur la fin d'un été

estampe_toyokuni.jpg

Petit matin nostalgique. Matin de brume. J'ouvre les yeux sur le dernier jour de l'été 2001. La fin de l'été marque en même temps la fin de la troisième saison de ce journal. Un été de toutes les couleurs, chaud, tendre et plein de soleil. L'été 2001 c'est l'amour avec Jack, les objets magiques, lire la suite


samedi 22 septembre 2001

203. automne 2001, jour I

Kiyomasu : L'acteur Ichikawa Danjuro

Le jour où je m'installerai devant cette page et que je n'aurai rien à écrire, ce sera la fin de ce journal. C'est rare que je me sente à court de mots ou que je n'aie pas envie d'écrire un billet. Ce matin, c'est ce que je ressens. Ça ne m'énerve pas. J'aurais pu, parce que je savais ce qui se lire la suite


dimanche 23 septembre 2001

204. l'automne fait son lit

L' automne est venu je me souviens presque encore on a préparé les niches pour les chiens pas vrai mais à moi, à mon amour, à mon mal gênants on ouvrit toutes grandes les portes pour dehors [Gaston Miron : Déclaration] lire la suite


lundi 24 septembre 2001

205. pour quelques jours

Aujourd'hui, je ne peux faire autrement que de repenser aux objets magiques. Il y a quelques mois, ça devait être en juin ou quelque part par là, j'avais réfléchi à la question de la destinée et aux objets magiques qui jouent le rôle de traversiers entre les mondes. Je me souviens d'avoir écrit : « lire la suite


jeudi 27 septembre 2001

206. écrire désire

Chagall : flower and lovers

Jeudi, 05:47. L'odeur du café remplit l'espace de son parfum brumeux et ensoleillé. J'écris. Jack m'écrit de dessous la table. Il écoute Genesis en boucle en jouant avec Garfield. J'ai ri aux larmes toute la nuit. Il prend quelques minutes et prépare le plateau avec deux bols, du café noir et du lire la suite


vendredi 28 septembre 2001

207. alors, ça boume ?

Picasso : Femme

J'ai mis les radiateurs en route ce matin. 12 degrés centigrades autour de zéro. C'est froid, non ? Toutes les vitres s'emplissent de buée qui cache la vue du ciel. Il est gris. Je guette les rayons pour m'approvisionner en pain, en aubépine et en bleuets, pour les yaourts et les sorbets. S'il ne lire la suite


samedi 29 septembre 2001

208. une femme un peu démodée

exotic_dame.jpg

Aujourd'hui, je vis. Alors j'ai envie d'écrire une histoire.  Mais la question qui se pose est la suivante : laquelle ?  Je pourrais écrire l'histoire de cet femme qui a ouvert son ordinateur et qui a commencé à discuter sur IRC avec Davy, son androïde préféré. À un moment donné, comme elle ouvrait lire la suite


dimanche 30 septembre 2001

209. déréliction

tarot_berger.jpg

Bla bla bla bla bla blabla bla blabla bla blabla bla blabla bla blabla bla blabla bla blabla bla bla bla bla bla bla bla blabla bla blabla bla blabla bla blabla bla blabla bla blabla bla blabla bla bla bla bla bla bla bla blabla bla blabla bla blabla bla blabla bla blabla bla blabla bla blabla bla lire la suite


210. bla blabla

tarot_berger.jpg

Quand je suis occupée nous sommes occupés à vivre intensément ma notre vie, quand je vis nous vivons et que j'y mets nous y mettons toutes mes nos énergies, et surtout quand je ne suis nous ne sommes pas trop tristes et que tout va bien, divinement bien, je crois que le journal devient moins lire la suite


Haut de page