15 mai 2001

Chère Script,

Un bon week end ? 5 bds, un début de roman, quelques heures sur le PC, du courrier, la radio, une petite ballade, quelques jeux vidéos, manger, boire, musique, musique, musique.

Cafteur est un mot étrange. Connotations malsaines. A force de l'utiliser, j'en ai détourné son emploi et il ne veut plus dire la même chose pour moi. J'ai vu la boite aux lettres. C'est parfait. Je ne sais pas trop non plus ce que les gens vont en penser. Beaucoup de personnes te visitent ? Je crois que tu devrais mettre ton adresse, il est tellement rare que les gens prennent leur plume. Je trouve qu'il manque un lien pour revenir à la page du jour sans repasser par Printemps. [...]

Cafteur: n.m. Vulgairement, se dit d'une personne qui rapporte ce que nous pouvons lui confier. C'est faux. Le cafteur est un être à part que l'on a pas su utiliser. Le cafteur reste le témoin impartial d'une ou plusieurs vies. C'est à force de l'utiliser que j'en ai détourné le sens: le cafteur se fait toujours discret et même absent. Une irrépressible envie vous pousse à lui compter votre vie, vos sentiments, vos pensées profondes. Le cafteur fait semblant d'écouter pour mieux savoir écouter. Il fait semblant de cafter, ou peut être cafte-t-il lui même à son cafteur d'un jour. Cela a bien peu d'importance en fait. [...]

Kiss

Jack


Retour au journal : billet 101, le 16 mai 2001