Les blocs de glace s'accumulent sur les deux rives du fleuve. Les gros bateaux ne passent plus. Le froid coupant, partout. Le bois pour chauffer le poêle. Les cocottes [pommes de pin] pour l'allumer.

Parfait vendredi pour écrire la fuite et les amours secrètes dans les bouleaux. Y attraper les mots sarabande en noir et blanc. Écouter Basia Bulat : « Tall Tall Shadow », mon dernier coup de coeur.

Un air pour danser, s'enrouler dans une écharpe de laine bourgogne et valser. Envoutant. Mélodie et spirales musicales qui vous emportent loin.

Loin de me déplaire, un je ne sais quoi me ramène en mémoire une boîte à musique oubliée, ou l'orgue de Barbarie. Souvenir circulaire ?